Full Kids : et nous, et nous, et nous…

Le réseau des bibliothèques Ville de Soignies/Concorde Asbl y sera
et vous proposera de tester ses « grands » jeux.
Ceux-ci peuvent être empruntés au prix de 2€/pièce à la ludothèque Sacajoujou
pour une durée de 15 jours.

Publicités

Soirée-jeux : encore quelques places à prendre

Chers Lecteurs,

Il reste quelques places pour notre soirée-jeux qui aura lieu demain (jeudi 31/05), de 18h30 à 20h30.

Réservez sans plus tarder !

Convivialité garantie ! 100% satisfaction joueurs !
 
Inscription obligatoire au 067 33 30 22 ou ludothequesacajoujou@gmail.com

Rendez-vous à la ludothèque communale Sacajoujou
(1er étage de la piscine communale, boulevard Roosevelt 24/b à Soignies).

 

Marmots Livres : animation lecture pour les bébés de 1 à 3 ans

Le jeudi 31 mai prochain de 10h à 11h,
Laurence proposera une animation lecture pour les bébés de 1 à 3 ans accompagnés d’un adulte.

L’activité est gratuite et se déroule dans la salle d’animation de la bibliothèque la Régence,
rue de la Régence 25 à Soignies.

Uniquement sur réservation.

Intéressé(e)s ? Vous pouvez réserver au 067/33.30.22 ou à bibliotheque@soignies.be.

L’Après’cool en atelier expression livre…

Le jeudi 12 avril, les grands de l’Après’cool se sont essayés au théâtre à la bibliothèque la Régence avec Michèle et Anne-Sophie. Le but : mettre en scène de courts albums de jeunesse.

La matinée fut consacrée à des exercices et petits jeux théâtraux : jeux de connexion collective avec une balle puis création d’expressions et personnages, improvisation autour d’un objet, occupation de l’espace scénique, etc.

L’après-midi fut dédiée à la mise en scène des albums. Trois albums étaient au programme : « Qu’est-ce que c’est que ça ? » de Pascal Teulade et Jean-Charles Sarrazin, « C’est à moi, ça ! » de Michel Van Zeveren et  « J’y vais ! » de Matthieu Maudet. Le premier album fut joué tous ensemble tandis que les jeunes ont préparé les deux autres en deux groupes.

C’est avec enthousiasme et bonne humeur que les « apprentis acteurs » se sont prêtés au jeu et ont produit de chouettes scénettes pour représenter les albums. L’après-midi s’est achevée avec une représentation devant les petits de l’Après’cool.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

M.W.

Venez sans faute(s) : une dictée pour la semaine du commerce équitable

Dictée du samedi 7 octobre – Soignies

À l’initiative du réseau des bibliothèques Ville de Soignies/Concorde Asbl, une quarantaine de valeureux participants se sont réunis à l’hôtel de Ville pour participer à la dictée préparée et lue par Bruno Dewaele. Originaire d’Hazebrouck, ville française jumelée avec Soignies, B. Dewaele est champion du monde d’orthographe. La thématique de la dictée était le commerce équitable.

Le reportage d’Antenne Centre Télévision :
https://www.antennecentre.tv/www/soignies_dict_e_pour_la_semaine_du_commerce_quitable-89731-999-226.html

La dictée : Quand le commerce change de registre…

Quoi qu’en pense plus d’un, on n’interrogera jamais assez l’étymologie ! L’eussions-nous fait davantage, nous nous serions vu confirmer la légitimité du commerce équitable, ce noble dessein dont la cité sonégienne, à l’instar de la Belgique tout entière, s’est obligeamment faite le héraut. Si, en effet, le commerce a toujours eu partie liée avec le négoce, voire avec le trafic, n’ayons garde de nous accommoder de cette vision éminemment réductrice et terre à terre : il ne sied point que nous oubliions, quand à dire vrai cette acception eût peu ou prou vieilli, que le mot s’est longtemps appliqué à des relations autrement désintéressées, visant moins le profit que le développement de relations pérennes entre les hommes. Ne dit-on pas de quelqu’un d’accort qu’il est d’un commerce agréable ? Songeons aussi au commerce charnel, lequel, pour n’être en rien l’apanage des péripatéticiennes, n’implique qu’exceptionnellement un règlement en espèces sonnantes et trébuchantes !

Le moyen de résister, du coup, à ces photophores colorés, à ces boucles d’oreilles de nacre, à ces pochettes demi-lune qu’ont sélectionnés et fait venir pour nous de bonnes gens qui se disent obnubilés par la dignité de ceux qui les fabriquent ? de marchander son écot à une entreprise censée sanctuariser une enfance corvéable à merci, mieux répartir des subsides arbitrairement alloués et rétablir l’équilibre entre deux hémisphères très inégalement pourvus ?

On en viendrait presque à regretter que, sur ce modèle ô combien exaltant, ne s’échafaudât pas incontinent une « grammaire équitable » ! N’entendons pas par là, tire-au-flanc que nous sommes tous, débarrassée de ses bizarreries et incongruités : ce sont ces dernières qui font le sel de notre idiome et, pour la bonne cause, nous réunissent céans ! Mais une grammaire à laquelle chacun puisse être efficacement formé afin que tous soient égaux devant la langue. Celle-ci n’a-t-elle pas été de tout temps la plus précieuse des monnaies d’échange ?

La meilleure performance a été réalisée par le Français Julien Soulié, avec une faute !

Bruno Dewaele avec, à sa gauche, le vainqueur Julien Soulié