Venez sans faute(s) : une dictée pour la semaine du commerce équitable

Dictée du samedi 7 octobre – Soignies

À l’initiative du réseau des bibliothèques Ville de Soignies/Concorde Asbl, une quarantaine de valeureux participants se sont réunis à l’hôtel de Ville pour participer à la dictée préparée et lue par Bruno Dewaele. Originaire d’Hazebrouck, ville française jumelée avec Soignies, B. Dewaele est champion du monde d’orthographe. La thématique de la dictée était le commerce équitable.

Le reportage d’Antenne Centre Télévision :
https://www.antennecentre.tv/www/soignies_dict_e_pour_la_semaine_du_commerce_quitable-89731-999-226.html

La dictée : Quand le commerce change de registre…

Quoi qu’en pense plus d’un, on n’interrogera jamais assez l’étymologie ! L’eussions-nous fait davantage, nous nous serions vu confirmer la légitimité du commerce équitable, ce noble dessein dont la cité sonégienne, à l’instar de la Belgique tout entière, s’est obligeamment faite le héraut. Si, en effet, le commerce a toujours eu partie liée avec le négoce, voire avec le trafic, n’ayons garde de nous accommoder de cette vision éminemment réductrice et terre à terre : il ne sied point que nous oubliions, quand à dire vrai cette acception eût peu ou prou vieilli, que le mot s’est longtemps appliqué à des relations autrement désintéressées, visant moins le profit que le développement de relations pérennes entre les hommes. Ne dit-on pas de quelqu’un d’accort qu’il est d’un commerce agréable ? Songeons aussi au commerce charnel, lequel, pour n’être en rien l’apanage des péripatéticiennes, n’implique qu’exceptionnellement un règlement en espèces sonnantes et trébuchantes !

Le moyen de résister, du coup, à ces photophores colorés, à ces boucles d’oreilles de nacre, à ces pochettes demi-lune qu’ont sélectionnés et fait venir pour nous de bonnes gens qui se disent obnubilés par la dignité de ceux qui les fabriquent ? de marchander son écot à une entreprise censée sanctuariser une enfance corvéable à merci, mieux répartir des subsides arbitrairement alloués et rétablir l’équilibre entre deux hémisphères très inégalement pourvus ?

On en viendrait presque à regretter que, sur ce modèle ô combien exaltant, ne s’échafaudât pas incontinent une « grammaire équitable » ! N’entendons pas par là, tire-au-flanc que nous sommes tous, débarrassée de ses bizarreries et incongruités : ce sont ces dernières qui font le sel de notre idiome et, pour la bonne cause, nous réunissent céans ! Mais une grammaire à laquelle chacun puisse être efficacement formé afin que tous soient égaux devant la langue. Celle-ci n’a-t-elle pas été de tout temps la plus précieuse des monnaies d’échange ?

La meilleure performance a été réalisée par le Français Julien Soulié, avec une faute !

Bruno Dewaele avec, à sa gauche, le vainqueur Julien Soulié

Publicités